Droit des salariés du commerce

Vous êtes salarié-es du commerce?

l’Union Départementale CGT du Haut-Rhin a édité un guide à destination des salariés qui travaillent dans ce secteur professionnel, afin de vous apporter des informations et des renseignements utiles.

Mieux connaître vos droits, revendiquer, nous contacter, tout ce qui pourra vous permettre de mieux appréhender les questions liées à votre profession.


Se syndiquer à la CGT

Dans les professions du commerce, nous sommes convaincus qu’une action syndicale résolue permettra d’obtenir des progrès sociaux pour les salariés .

Ces progrès sont indispensables tant la situation des salariés de nos professions est devenue intenable, tant est grande l’injustice que nous vivons au quotidien.

Tout le montre, vous êtes souvent en accord avec la CGT quand elle prend l’initiative de défendre nos retraites et la sécurité sociale, ou alors quand elle engage des actions pour l’augmentation des salaires.

Mais il est absolument nécessaire que vous participiez à la construction sur tous les lieux de travail de cette force syndicale indispensable dont les salariés de nos professions ont besoin.

Face aux directions, face aux propriétaires des magasins dans lesquels nous travaillons, face aux actionnaires millionnaires et milliardaires, si nous voulons être entendus et respectés, si nous voulons faire aboutir nos légitimes revendications, nous n’avons qu’une seule solution : être nombreux à nous organiser ensemble dans la CGT.

Construire une force CGT dans le commerce

Sur le lieu de travail, quand cela est possible, nous organisons l’élection de représentants des salariés (délégués du personnel, élus au comité d’entreprise et au comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail). Leur rôle est très important, ils permettent de porter la voix des salariés et de les défendre.

Dans de nombreux lieux, cette possibilité n’est pas permise par le code du travail.

Nous voulons construire une vraie solidarité des salariés du commerce, capable de changer notre quotidien et de nous représenter face à nos patrons. Cette force doit nous permettre de faire respecter nos droits : Code du Travail, Conventions Collectives, etc… Nous voulons construire une force CGT dans le commerce capable de négocier des avancées sociales pour tous les salariés de notre branche.Chacun peut agir, adhérent comme élu représentant du personnel sur son lieu de travail. C’est ce à quoi vous appelle la CGT dans le commerce.

Les revendications CGT :


Améliorer les conditions de travail

Pour dégager des profits supplémentaires, nos directeurs et actionnaires augmentent sans cesse les rythmes de travail, ne se préoccupent pas de la pénibilité de nos métiers, ne remplacent pas les départs,… C’est toujours plus de travail pour ceux qui restent et des licenciements pour inaptitude qui se multiplient !

Pour nous diviser, ils sont prêts à tout. Les techniques de harcèlement moral et de chantage, de surveillance, d’intimidation se multiplient. Leur but est de nous faire craquer.

Mais il n’y a aucune fatalité à cela. Seule l’action collective peut s’y opposer, une action organisée par les salariés dans leur syndicat CGT.

Travail du dimanche : c’est non!

Année après année, il y a de plus en plus d’ouvertures des magasins le dimanche. Nous sommes passés de 3 par an à 5.
Pire, dans certaines localités, les magasins peuvent ouvrir chaque dimanche, sans que les salariés ne puissent le refuser !

Dans le commerce de détail alimentaire, c’est l’ouverture tous les dimanches matin. Pour certains les compensations sont nulles : pas de majoration des heures !

La CGT revendique le retour à 3 ouvertures par an maximum pour tous !

Augmentez les salaires!

Les salaires dans les métiers du commerce sont scandaleusement bas, sauf pour les directeurs et les actionnaires.

Sans nous, sans notre travail, leurs fortunes n’existeraient pas. Leurs milliards, leurs bateaux, leurs châteaux, leurs villas, leurs hôtels de luxe, leurs jets privés, leurs fêtes, leurs gaspillages, leurs bijoux, leurs tableaux de maîtres, leurs domestiques, leurs Ferrari, etc. : c’est NOUS qui les payons par notre travail, notre fatigue, nos bas salaires.

Nous refusons cette situation. Nous revendiquons un tout autre partage des richesses que nous, salariés, nous créons. Un actionnaire ne crée rien : c’est un parasite qui vit sur notre dos ! Ce n’est pas lui qui nous donne du travail : le travail c’est nous qui le faisons !

Les niveaux de salaires des grilles des conventions collectives sont misérables pour la grande majorité des salariés du commerce, mais les actionnaires affichent des fortunes que l’on a du mal à imaginer : des millions, des milliards d’euros. Alors que le salaire moyen dans nos branches tourne autour de 800 euros par mois !

Pour la CGT toute grille de salaires d’une convention collective doit démarrer par le SMIC revendiqué par la CGT (1600 euros bruts par mois au 1er janvier 2010), indiquant le premier niveau de qualification sans expérience.

La CGT revendique la hausse des taux horaires et la reconnaissance des qualifications (diplôme, formation et expérience professionnelle).

Ce sont les salaires de la grande majorité des salariés qu’il faut augmenter, les directeurs attendront !

Il faut gagner la diminution du nombre de contrats à temps partiel imposé pour obtenir plus de contrats à temps plein.